photo cours et stages
photo cours et stages
photo cours et stages

Q&R avec Sasaki Senseï

interview issu d’iomag *

Fusako Von Hoegen : Quelle est la différence entre le Iokai shiatsu et les autres formes de shiatsu ?

Kensunori Sasaki : Ce que nous voulons souligner, et la raison pour laquelle nous avons donné un nom spécial à notre shiatsu, c’est rappeler l’intention originelle de shiatsu. Nous voulons la rappeler encore, car elle est à la source de notre action.

Je crois que ce qui a rendu le shiatsu si populaire au Japon, c’est l’attitude de ceux qui le pratiquaient. L’attitude du donneur doit être celle d’un contact ouvert et humble, et d’un désir pour une compréhension profonde du receveur. Telle est l’attitude originelle du shiatsu. Je crois fermement que nous pouvons contribuer à l’expansion du shiatsu en nous en tenant à cette attitude, et à l’approche de la médecine chinoise, c’est-à-dire de creuser jusqu’aux racines de la maladie, aux racines de la vie humaine, et que cela deviendra la pierre angulaire de toute pratique du shiatsu.

Le but n’est pas de critiquer les autres écoles de shiatsu parce que chaque école et chaque bon praticien ont fait du shiatsu ce qu’il est aujourd’hui. Nous manquerions beaucoup de connaissances si des milliers de praticiens, et toutes les écoles différentes, n’avaient développé la grande diversité des approches et des techniques, obtenant des résultats variés qui caractérisent la pratique moderne du shiatsu.

Mon travail s’applique à montrer que la maladie est une expression de notre corps, résultat d’interactions complexes entre de nombreux facteurs différents, et qui influencent la totalité de notre vie, et je voudrais que cette façon de penser devienne la base de notre société. Pour comprendre ce qui conduit à la maladie, la médicine orientale exige que les praticiens observent et comprennent la façon dont le jusha (nom japonais pour le « receveur » du shiatsu, le patient) conduit sa vie.

C’est pourquoi Shizuto Masunaga , le fondateur du Iokai Shiatsu, a souligné l’importance de la théorie des méridiens, parce que l’approche chinoise traditionnelle des méridiens entreprend de comprendre l’interaction des aspects spirituels et physiques d’un être humain. Ceci nous permet de comprendre l’être humain dans plus d’un ou deux de ses aspects. C’est ce que Iokai tente de souligner.

 

> Sur l’approche symptomatique

 

* magazine de l’école Iokai des années 90 édité par Thierry Camagie et Jean-Marc Combe